Proposals for a strategy | Propositions de stratégie

Proposals for a strategy to contain the current COVID-19 epidemic in Cameroon

by/par CAMFOMEDICS e.V.

This document is intended to be succinct for obvious reasons, as the time has come for pragmatism. Nevertheless, we remain open to any constructive proposals.

There are 4 main epidemiological approaches currently in use around the world to deal with the COVID19 pandemic:

The Dutch model: or mass immunization.

Characteristics: The progressive contamination of the entire population is allowed. Isolation only of vulnerable or sick people, no mass screening. (1) The goal is to ensure that the contamination of the entire population is slow so as not to clog hospitals. The hope is that the population will gradually develop immunity, as is the case with the usual influenza.

Results: This strategy has been revised by the Dutch health authorities in recent days due to the massive infection of the population. As of March 29, 2020, there were more than 1000 cases per day with almost 1000 patients in intensive care and almost 700 deaths. The closure of schools, bars, restaurants...etc. has finally been decided. (1)

By the very admission of the Dutch authorities, this approach, although attractive on paper, ultimately proved dangerous, making Holland one of the countries most affected by the epidemic (about 800 dead for 11,000 sick). (2)

Conclusion No. 1: Even among a healthy population in a well-performing health system, a minimum of social isolation remains essential.

The Chinese/French-Italian model: or generalized confinement

Characteristics: Closure of all non-essential public places (restaurants, bars, schools, some public/private companies), use of teleworking if possible, screening only for serious symptomatic cases in approved centres. Prohibition of non-essential travel is absolutely necessary; in case of travel, one must have a document issued by a competent authority (especially a doctor).

Results: To date, the results have been mixed or even negative (2). Many people stay at home and only arrive at the hospital when they are in critical condition. Healthy people are isolated with sick people at home, many do not respect this confinement, it is difficult to monitor and requires titanic human and economic means. In the opinion of many, the worst seems to be yet to come, as an explosion of disease is expected at the end of the confinement. China, on the other hand, is proving that this model can work provided, of course, that it has a disciplined population and that it has the means to do so. France, Italy and Spain, although practising generalized containment, are the countries currently hardest hit by the pandemic (along with the USA and Holland) (2). The countries practising this policy have therefore surprisingly high mortality rates, comparable to those in Holland, despite the means at stake!

It should be remembered that this model was chosen in Europe because of the scarcity of tests allowing massive screening of the population. It was therefore initially a default choice, as European health systems had not fully grasped the full extent of this pandemic, which had already been raging in China since the end of 2019.

Conclusion 2: Generalised containment can work (e.g. China) provided that huge resources (financial and human) are put into it and that the population fully adheres to this model (discipline/civil society). Generalized confinement, despite the means involved, nevertheless leads to a rather high mortality rate, comparable to the Dutch model!

The South Korean/German model: or generalized testing and targeted/ generalized containment

Characteristics: Generalized testing of the population (Korea), testing of all suspect cases (Germany). Isolation of patients and suspects with geolocation (Korea). In Germany no geolocalisation (it is nevertheless under discussion). Closure of all non-essential public places (restaurants, bars, schools, some public/private companies). Some German regions practice generalised containment in addition to massive population testing. Germany is moving towards an extension of testing to non-suspects in order to be closer to the Korean model (3). In both cases, we are dealing with a rather disciplined population which takes initiatives of its own accord to limit all social contacts. Contrary to Germany, Korea has only one land border, practically hermetic with North Korea. South Korea, therefore, has better control over the flow of people on its territory. Entry is mainly by air and, to a lesser extent, by sea. It is therefore understandable why Germany has resorted to a stricter restriction of human mobility compared to the South Korean model.

Results: These two economically comparable countries have the lowest mortality rates in the world for this COVID19 pandemic and are regularly cited as examples.

Conclusion No 3: The implementation of large-scale testing, isolation and surveillance of at least the patients and suspects, the control of borders allows to considerably lower the mortality rate of this disease.

The Raoult model: or the massive screening of suspect cases and the immediate treatment of positive patients by the protocol: Hydroxychloroquine +Azithromycin.

Characteristics: Professor Didier Raoult is one of the greatest Infectiologist of our time (4). His fame and competence are beyond any doubt in his field. Within his institute, in Marseille, he has set up a policy of massive screening inspired by the South Korean model. All patients who came back positive were immediately put under a treatment (Hydroxychloroquine =NIVAQUINE +Azithromycin) which seems promising and which had already been implemented in China at the height of the epidemic (5). This inexpensive treatment protocol, if used early, lowers the viral load more rapidly, thus making the patient less infectious and allowing the affected organism to overcome the virus more quickly. Laboratory tests had already demonstrated this, and Professor Raoult demonstrated it on a large scale in Marseille (6).

Results: On 30/03/2020 out of 17479 people tested, 2222 came back positive. 1291 patients received the protocol Hydroxychloroquine +Azithromycin and only 1 (one) died (5)!

Conclusion No 4: The implementation of targeted tests on suspect persons, isolation and monitoring of those who tested positive, and immediate treatment with Hydroxychloroquine 600mg/J for 10 days +Azithromycin 500mg on the first day, then 250mg/J for 4J (7), allows a dramatic decrease in the mortality rate of this disease, at a lower cost (13EUR/patient) without resorting to generalized containment. Several large-scale validation studies of this therapy are currently underway worldwide.

SYNTHESIS, what solution for Cameroon?

At the time of writing this report, Cameroon officially has 193 cases and 6 confirmed deaths. The UN and the WHO predict a real hecatomb in Africa if nothing is done to contain this pandemic at both regional and national levels. According to local health authorities, patients testing positive for COVID19 are either recent arrivals from risk areas or relatives of those who have recently arrived. We are therefore dealing with a collective that is easily identifiable and traceable at the state level, as each person entering Cameroon must specify on his or her disembarkation card his or her identity and local contact.

The solution for Cameroon will have to take account of the facts into account:

The informal sector constitutes 70-80% of jobs and 38% of the population still lives below the poverty line: Most people earn their living on a daily basis and have no savings. They are therefore forced to go out to work every day to feed, house and clothe themselves and their families.

Drinking water is inaccessible to the vast majority of Cameroonians: How will people wash their hands regularly?

Electricity to preserve food is inaccessible to the vast majority of Cameroonians: Even those with enough financial means do not have regular and reliable supplies.

Promiscuity and lack of decent housing is the reality of our urban centres: How can we confine ourselves when we do not have decent housing or when we live on the streets?

Incivility has taken on worrying proportions over the last few years: How can we ensure that the population adheres to a policy of generalized confinement?

The national economy is facing a serious liquidity crisis, exacerbated by the conflicts in the English-speaking area and in the far north: Where will the financial and human resources necessary for the implementation of a policy of generalized confinement come from?

The Cameroonian health system is in agony: A massive influx of patients who are financially unable to take care of themselves would inevitably lead to the predicted hecatomb, so lacking is everything in our hospitals, starting with the motivation of health personnel, competence, technical facilities and of course money. Italy, which is a developed nation, sees its health system completely overwhelmed during this epidemic.

Of all the approaches explored above, the most efficient one should be chosen, a method that would make it possible to contain this disease quickly and at a reasonable human and economic cost.

We know empirically that:

Even in a healthy population in a well-functioning health system such as in Holland, a minimum of social isolation is indispensable.

Generalized containment can work (e.g. China) provided that colossal resources (financial and human) are put into it and that the population fully adheres to this model (discipline/civicism). Generalized confinement, despite the means involved, leads to a rather high mortality rate, comparable to the Dutch model!

The implementation of large-scale tests, the isolation and surveillance of at least the sick and suspects, and the control of borders make it possible to considerably lower the mortality rate of this disease.

The setting up of targeted tests on suspect persons, the isolation and surveillance of those who test positive, as well as immediate treatment with Hydroxychloroquine 600mg/J for 10 days +Azithromycin 500mg on the first day, then 250mg/J for 4J, allows a dramatic reduction in the mortality rate of this disease, at a lower cost without resorting to generalized containment.

We therefore propose :

  1. Identify and isolate all suspicious persons who have recently arrived in Cameroon and who have not respected the quarantine imposed by the government: Police services and mobile phone companies as well as through social network announcements on television can help get their hands on all these people. We are talking about 500 people wandering around in the wilderness, if we include their relatives, by making projections we can target about 10,000 people to be tested and monitored if necessary, for 2-3 weeks. On a national scale, this is nothing, especially if it helps to avoid a national danger.
  2. Limit rural-urban migration: There have been no COVID19 cases reported from small towns and villages for the moment. We, therefore, recommend the blockage of traffic to villages and only tolerate the transport of essential goods to big cities or vice versa until the end of the quarantine period. At the same time, villagers should be encouraged to confine themselves to the villages.
  3. Screening of all suspects and their immediate entourage. Until the result of the test, mandatory confinement. In case of a negative test, the person can continue to go about his business. In case of a positive test, the patient will have to be put in isolation and immediately under the therapeutic protocol popularized by Marseille: Hydroxychloroquine 600mg/J for 10 days + Azithromycin 500mg on the 1st day, then 250mg/J for 4J. The duration of the isolation will depend on the second test, which must be negative. The second test can be done between the 6th and 14th day of confinement. The 10th day corresponds to the end of the treatment.
  4. Continue to sensitize the population about barrier measures, social distancing (bars, restaurants, various meetings, etc.) and the need to be screened in case of symptoms suggesting COVID-19 infection. Referral centres for screening and treatment should be set up throughout the country, with a particular concentration in large urban areas, which are clearly more affected.
  5. In order to prepare for the worst, the State should requisition 2 or 3 large hospitals in Yaoundé and Douala now and start equipping and adapting. The other hospitals in the city should continue to provide other routine care. This will avoid scattering the sick throughout the city. Otherwise, following the example of Nigeria, prepare one or two large spaces that will serve as a therapeutic centre.
  6. The State will have to pay for the screening and treatment of the population free of charge. This is a public health problem. The first 20,000 tests available as a donation from China can serve as a start. The burden of screening and treatment should not be placed on populations that are already destitute for fear that they will not come for testing and treatment for lack of means. This will require an emergency fund to provide reliable testing kits (especially in South Korea) and treatment in sufficient quantities on the international market or locally produced if this can be done quickly and reliably.
  7. Provide front-line health workers with adequate and sufficient personal protecting equipment (masks, gloves, disinfectants, overalls, goggles, etc.). The population will also have to be provided with masks, even if they are hand-made. The national water and electricity companies will have to make every effort to supply the populations in the risk zones with the least possible interruption at the height of the epidemic.
  8. Finally, we must seize the opportunity offered by COVID-19 to develop reliable local expertise capable of preventing and containing the next pandemics, which will undoubtedly return regularly in the years to come as a result of globalization.

 

Final Conclusion

We, therefore, do not believe in widespread population containment in a context such as ours, because we simply do not have the means to do so. On the other hand, there are tried and tested alternatives to total containment around the world, producing spectacular results at a lower cost. The cardinal measures remain permanent awareness raising and targeted restriction of clusters (stadiums, schools, restaurants, refreshment bars) at the height of the epidemic, massive screening of suspects, isolation and rapid treatment of patients.

When we know that a stay in an intensive care unit costs at least 300,000 FCFA/ J in Cameroon, we think that everything must be done to avoid this. With Hydroxychloroquine +Azithromycin (total cost 13EUR per patient in France for the whole duration of the treatment) a major instrument for the preservation of life is at our disposal and represents for the moment the only viable alternative. It is therefore up to politicians to take their responsibility before History.

For CAMFOMEDICS (German-Cameroonian Forum for Medical and Paramedical Sciences)

Dr Nyuki Fonyuy National President and Dr Thierry FOZING Chairman of the COVID-19 Commission

Bibliography:
  1. https://www.forbes.com/sites/joshuacohen/2020/03/27/caught-between-herd- immunity-and-national-lockdown-holland-hit-hard-by-covid-19/ #21208a823557
  2. https://www.worldometers.info/coronavirus/
  3. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-l- allemagne-qui-compte-57-298-cas-et-455-deces-choisit-la-strategie-sud- coreenne-6795256
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Didier_Raoult
  5. https://twitter.com/raoult_didier/status/1242808646997880832/photo/
  6. https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/
  7. https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/03/ Hydroxychloroquine_final_DOI_IJAA.pdf

Copied:

Minister of Health

President of the Medical Association

President of the Scientific Council



Propositions de stratégie visant à contenir l’épidémie actuelle du COVID-19 au Cameroun

by/par CAMFOMEDICS e.V.

Ce document se veut succinct pour des raisons évidentes, car l’heure est au pragmatisme. Nous restons néanmoins ouverts à toute proposition constructive.

Il existe 4 grandes approches épidémiologiques en ce moment dans le monde pour faire face à la pandémie du COVID-19 :

Le modèle hollandais : ou immunisation de masse.

Caractéristiques : On permet la contamination progressive de toute la population. Isolation seulement des personnes vulnérables ou malades, pas de dépistage massif. (1) Le but est de faire en sorte que la contamination de toute la population se fasse lentement pour ne pas engorger les hôpitaux. L’espoir étant que la population pourra graduellement développer une immunité comme c’est le cas pour la grippe usuelle.

Résultats : Cette stratégie a été révisée par les autorités sanitaires hollandaises ces derniers jours du fait de l’infection massive de la population. Au 29 mars 2020 on comptait plus de 1000 cas par jour avec près de 1000 patients en soins intensifs et près de 700 morts. La fermeture des écoles, bars, restaurants…etc. a finalement été décidée. (1)

De l’aveu même des autorités hollandaises, cette approche, même si elle parait séduisante sur le papier, s’est finalement avérée dangereuse, faisant de la Hollande l’un des pays les plus touché par l’épidémie (env. 800 morts pour 11000 malades). (2)

Conclusion No 1 : même au sein d’une population en bonne santé dans un système sanitaire performant, un minimum d’isolation sociale reste indispensable.

Le modèle Chinois/Franco-italien : ou confinement généralisé

Caractéristiques : Fermeture de tous les lieux publics non essentiels (restaurants, bars, écoles, certaines entreprises publique /privées), recours au télétravail si possible, dépistage seulement des cas symptomatiques graves au sein de centres agréés. Interdiction de déplacement non essentiel, si absolument nécessaire, en cas de déplacement on doit se munir d’un justificatif délivré par une autorité compétente (notamment médecin).

Résultats : A ce jour, résultat mitigé voire négatif (2). Beaucoup de personnes restent chez elles et n’arrivent à l’hôpital que lorsqu’ elles sont dans un état critique. On isole des personnes saines avec des personnes malades à la maison, beaucoup ne respectent pas ce confinement, il est difficile à surveiller et demande des moyens humains et économiques titanesques. De l’avis de beaucoup, le pire semble à venir, car on prévoit une explosion de la maladie à la fin du confinement. La Chine par contre, prouve que ce modèle peut fonctionner à condition bien sûr d’avoir une population disciplinée et d’y mettre des moyens conséquents. La France, l’Italie et l’Espagne, bien que pratiquant le confinement généralisé sont les pays en ce moment les plus durement touchés par la pandémie (avec les USA et la Hollande) (2). Les pays pratiquant cette politique ont donc étonnamment un grand taux de mortalité, comparable à celui qu’on retrouve en Hollande, malgré les moyens mis en jeu !

Rappelons que ce modèle a été choisi en Europe du fait de la rareté des tests permettant un dépistage massif de la population. Il s’agissait donc au départ d’un choix par défaut, les systèmes sanitaires européens n’ayant pas pris la pleine mesure de cette pandémie qui sévissait déjà en Chine depuis fin 2019.

Conclusion 2 : Le confinement généralisé peut fonctionner (exemple la Chine) à condition d’y mettre des moyens colossaux (financiers et humains) et de disposer d’une population qui adhère pleinement à ce modèle (discipline/civisme). Le confinement généralisé, malgré les moyens mis en jeu, conduit néanmoins à une mortalité plutôt haute, comparable au modèle hollandais !

Le modèle sud-coréen/ allemand : ou test généralisé et confinement ciblé/ généralisé

Caractéristiques : Test généralisé de la population (Corée), test de tous les cas suspects (Allemagne). Isolation des malades et des suspects avec géolocalisation (Corée). En Allemagne pas de géolocalisation (elle est néanmoins en débat). Fermeture de tous les lieux publics non essentiels (restaurants, bars, écoles, certaines entreprises publiques /privées). Certaines régions allemandes pratiquent un confinement généralisé en plus de tester massivement la population. L’Allemagne s’achemine vers une extension des tests aux personnes non suspectes pour plus se rapprocher du modèle coréen (3). Dans les 2 cas on a affaire à une population plutôt disciplinée qui d’elle-même prend des initiatives afin de limiter tous contacts sociaux. Contrairement à l’Allemagne, la Corée elle, ne dispose que d’une seule frontière terrestre, pratiquement hermétique avec la Corée du Nord. La Corée du Sud a donc une meilleure maitrise des flux de populations sur son territoire. Les entrées se faisant essentiellement par les airs et dans une moindre mesure par voie maritime. On peut donc comprendre pourquoi l’Allemagne a eu recours à une restriction plus stricte de la mobilité des Hommes en comparaison au modèle sud-coréen.

Résultats : Ces 2 pays économiquement comparables, affichent les taux de mortalité les plus bas au monde pour cette pandémie du COVID-19 et sont régulièrement cités en exemple.

Conclusion No 3 : La mise en place de tests à grande échelle, l’isolation et la surveillance au moins des malades et des suspects, la maitrise des frontières permet de baisser considérablement le taux de mortalité de cette maladie.

Le modèle marseillais : ou le dépistage massif des cas suspects et la mise sous traitement immédiat des patients positifs par le protocole : Hydroxychloroquine +Azithromycine.

Caractéristiques : Le professeur Didier Raoult est l’un des plus grands infectiologues de notre temps (4). Sa renommée et sa compétence ne font l’ombre d’aucun doute dans son domaine. Au sein de son institut à Marseille il a mis en place une politique de dépistage massif inspirée du modèle sud-coréen. Tous les patients revenus positifs ont immédiatement été mis sous un traitement (Hydroxychloroquine =NIVAQUINE +Azithromycine) qui semble prometteur et qui avait d’ailleurs déjà été implémenté en Chine au plus fort de l’épidémie (5). Ce protocole thérapeutique peu couteux, s’il est utilisé tôt, fait baisser plus rapidement la charge virale, rend le patient de ce fait moins infectieux tout en permettant à l’organisme affecté de venir plus rapidement à bout du virus. Les tests en laboratoire l’avaient déjà démontré, le professeur Raoult en a fait la démonstration à grande échelle à Marseille (6).

Résultats : Au 30/03/2020 sur 17479 personnes testées, 2222 sont revenus positifs. 1291 patients ont reçu le protocole Hydroxychloroquine +Azithromycine et on ne note…que 1 (un) seul mort (5) !

Conclusion No 4 : La mise en place de tests ciblés sur des personnes suspectes, l’isolation et la surveillance des personnes testées positives, ainsi que la mise immédiate sous traitement Hydroxychloroquine 600mg/J pendant 10 jours +Azithromycine 500mg le 1 er jours, ensuite 250mg/J pendant 4J (7) permet de baisser drastiquement le taux de mortalité de cette maladie, à moindre coût (13EUR/patient) sans avoir recours à un confinement généralisé. Plusieurs études de validation de cette thérapeutique à grande échelle sont en cours dans le monde en ce moment.

SYNTHESE, quelles solutions pour le Cameroun ?

A l’heure où ce rapport est rédigé, le Cameroun compte officiellement 193 cas et 6 morts confirmés. L’ONU et l’OMS prédisent une véritable hécatombe en Afrique si rien n’est fait pour contenir cette pandémie tant au niveau régional que national. Selon les autorités sanitaires locales, les patients testés positifs au COVID-19 sont soit des personnes arrivées récemment des zones à risque, soit des proches de ces derniers. On a donc affaire à un collectif facilement identifiable et traçable à l’échelle d’un Etat, car chaque personne entrant au Cameroun doit préciser sur sa carte de débarquement son identité et son contact local.

La solution pour le Cameroun devra tenir compte du fait que :

Le secteur informel constitue 70-80% des emplois et 38% de la population vit encore en dessous du seuil de pauvreté : La plupart des personnes gagne leurs vies au jour le jour et ne dispose d’aucune épargne. Ils sont donc obligés de sortir travailler tous les jours pour se nourrir, se loger, se vêtir eux et leurs proches.

L’eau potable est inaccessible à la vaste majorité des Camerounais : Comment ferons les gens pour se laver régulièrement les mains ?

L’électricité nécessaire à la conservation des aliments est inaccessible à la vaste majorité des Camerounais : Même ceux disposant d’assez de moyens financiers devront quand même sortir se ravitailler régulièrement.

La promiscuité et l’absence de logement décent est la réalité de nos centres urbains : Comment se confiner lorsqu’ on n’a pas de logement digne de ce nom ou lorsqu’on vit dans la rue ?

L’incivisme a pris des proportions inquiétantes depuis plusieurs années : Comment s’assurer de l’adhésion des populations à une politique de confinement généralisée ?

L’économie nationale fait face à une grave crise de liquidité, exacerbée par les conflits en zone anglophone et à l’extrême nord : D’où viendront les moyens financiers et humains nécessaires pour la mise en place d’une politique de confinement généralisée ?

Le système sanitaire camerounais est à l’agonie : Un afflux massif de patients incapables financièrement de se prendre en charge conduirait inévitablement à l’hécatombe annoncée, tellement il manque de tout dans nos hôpitaux à commencer par la motivation des personnels de santé, la compétence, les plateaux technique et bien sûr l’argent. L’Italie qui est pourtant une nation développée voit son système sanitaire complètement débordé au cours de cette épidémie.

De toutes les approches explorées plus haut, il conviendrait de choisir la plus efficiente, c’est à dire une méthode qui permettrait de contenir rapidement et à un coût humain et économique raisonnable cette maladie.

Nous savons de façon empirique que :

Même au sein d’une population en bonne santé dans un système sanitaire performant comme en Hollande, un minimum d’isolation sociale est indispensable.

Le confinement généralisé peut fonctionner (exemple la Chine) à condition d’y mettre des moyens colossaux (financiers et humains) et de disposer d’une population qui adhère pleinement à ce modèle (discipline/civisme). Le confinement généralisé, malgré les moyens mis en jeu, conduit à une mortalité plutôt haute, comparable au modèle hollandais !

La mise en place de tests à grande échelle, l’isolation et la surveillance au moins des malades et des suspects, la maitrise des frontières permet de baisser considérablement le taux de mortalité de cette maladie.

La mise en place de tests ciblés sur les personnes suspectes, l’isolation et la surveillance des personnes testées positives, ainsi que la mise immédiate sous traitement Hydroxychloroquine 600mg/J pendant 10 jours +Azithromycine 500mg le 1 er jours, ensuite 250mg/J pendant 4J permet de baisser dramatiquement le taux de mortalité de cette maladie, à moindre coût sans avoir recours à un confinement généralisé.

Nous proposons donc de :

  1. Recenser toutes les personnes suspectes arrivées récemment au Cameroun et n’ayant pas respecté la quarantaine édictée par le gouvernement : Les services de polices et les entreprises de téléphonie mobiles ainsi que par des communiqués sur réseaux sociaux à la télévision peuvent aider à mettre la main sur toutes ces personnes. On parle d’env. 500 personnes en divagation dans la nature, si on y inclut leurs proches, en faisant des projections on peut cibler env. 10000 personnes à tester et à surveiller le cas échéant pour 2-3 semaines. A l’échelle d’un pays ce n’est rien surtout si ça permet d’éviter un péril national.
  2. Les campagnes et les petites villes sont pour l’instant épargnées. On devrait donc bloquer la circulation vers les villages et ne tolérer que le transport des biens essentiels vers les métropoles ou vice versa jusqu’à la fin de la quarantaine. Parallellement encourager les villageois à se confiner dans les villages.
  3. Test de dépistage de tous les suspects et de leur entourage immédiat. Jusqu’ au résultat du test, confinement obligatoire. En cas de test négatif, la personne pourra continuer de vaquer à ses occupations. En cas de test positif, le patient devra être mis en isolement et immédiatement sous le protocole thérapeutique vulgarisé par Marseille : Hydroxychloroquine 600mg/J pendant 10 jours +Azithromycine 500mg le 1 er jours, ensuite 250mg/J pendant 4J. La durée de l’isolement dépendra du second test qui devra être négatif. Le second test pourra se faire entre le 6 ème et 14 ème jour de confinement. Le 10ème jour correspond à la fin du traitement.
  4. Continuer de sensibiliser les populations sur les mesures barrières, sur la distanciation sociale (bars, restaurants, réunions diverses…etc.) et sur la nécessité de se faire dépister en cas de symptômes faisant suspecter une infection au COVID-19. Des centres de référence de dépistage et de traitement devront être mis en place sur toute l’étendue du territoire national avec une concentration particulière dans les grandes zones urbaines, visiblement plus touchées.
  5. Requisitionner 2 ou 3 grands hôpitaux à Yaoundé et Douala dès maintenant. Commencer à les equiper et les adapter pour se préparer au pire. Les autres hôpitaux de la ville devant continuer à assurrer les autres soins courant. On évitera ainsi d’éparpiller les malades à travers la ville. À défaut, à l’exemple du Nigeria, préparer un ou deux grand espaces qui serviront de centrale therapeutiques.
  6. L’Etat devra prendre en charge gratuitementle dépistage et le traitement des populations. Il s’agit d’un problème de santé publique. Les premiers 20 000 Test disponibles comme don de la Chine peuvent servir pour un début. La charge du dépistage et du traitement ne saurait peser sur des populations déjà indigentes de peur qu’elles ne viennent pas se faire tester et traiter, faute de moyens. Pour cela il faudra débloquer un fond d’urgence pour se procurer de kits de dépistages fiables (en Corée du sud notamment) et de traitements en quantité suffisante sur le marché international ou produits localement si cela peut se faire rapidement et de façon fiable.
  7. Mettre à la disposition du personnel soignant en première ligne du matériel de travail adéquat et en quantité suffisante (masques, gants, désinfectants, surblouses, lunettes surchaussures…etc.). La population aussi devra être fournie massivement en masques même fabriqués de façon artisanale. Les sociétés nationales d’eau et d’électricité devront tout mettre en œuvre pour approvisionner les populations des zones à risques avec le moins d’interruption possible au plus fort de l’épidémie.
  8. Enfin saisir l’occasion que nous offre le COVID-19 pour développer une expertise locale fiable capable de prévenir et d’endiguer les prochaines pandémies qui à coup sûr reviendront régulièrement dans les années à venir du fait de la mondialisation.

Conclusion finale :

Nous ne croyons donc pas à un confinement généralisé de la population dans un contexte comme le nôtre, car nous n’en avons simplement pas les moyens. Par ailleurs il existe de par le monde des alternatives éprouvées à ce confinement total, produisant des résultats spectaculaires à moindre coût. Les mesures cardinales restent : Sensibilisation permanente et restriction cibléede regroupements (stades, écoles, restaurant, buvettes) au plus fort de l’épidémie, dépistage massifdes suspects, isolation et traitement rapide des malades.

Quand on sait qu’un séjour dans un service de réanimation coûte au minimum 300.000 FCFA/J au Cameroun, nous pensons qu’il faut tout faire pour éviter d’en arriver là. Avec l’Hydroxychloroquine +Azithromycine (coût total 13EUR par patient en France pour toute la durée du traitement) un instrument majeur de préservation de la vie est mis à notre disposition et représente pour le moment la seule alternative viable. Il revient donc aux politiques de prendre leur responsabilité devant l’Histoire.

Pour CAMFOMEDICS (Forum germano-camerounais pour les sciences médicales et paramédicales)

Dr.  Nyuki FonyuyPrésident national et Dr. Thierry FOZING Président de la commission COVID-19

Niederbipp le 31.03.2020

Bibliographie :
  1. https://www.forbes.com/sites/joshuacohen/2020/03/27/caught-between-herd- immunity-and-national-lockdown-holland-hit-hard-by-covid-19/ #21208a823557
  2. https://www.worldometers.info/coronavirus/
  3. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-l-allemagne- qui-compte-57-298-cas-et-455-deces-choisit-la-strategie-sud-coreenne-6795256
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Didier_Raoult
  5. https://twitter.com/raoult_didier/status/1242808646997880832/photo/
  6. https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/
  7. https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/03/ Hydroxychloroquine_final_DOI_IJAA.pdf Ampliation: -Mr le Ministre de la Santé -Mr le Président de l’Ordre des Médecins -Le Président du Conseil scientifique